Timtimsia (re)devient Laetitia Marcelino

... Ou plutôt, disons que Timtimsia s'incline enfin et laisse place à... Moi.
Laetitia Marcelino. C'est moi, sans pseudonyme.
On pourra dire ce qu'on veut, que c'est énormément de travail pour pas grand chose, de changer d'identité au beau milieu de sa carrière, mais très franchement, je ne me suis jamais sentie aussi motivée, enthousiaste, légère et pleine d'espoir pour la suite.

Que voulez-vous ? C'est peut-être le pouvoir de 2017, l'envie furieuse de changement, de révolte, l'envie de renier l'hypocrisie et faire tomber les masques. C'est peut-être tout ça à la fois. Dix ans après avoir "choisi" d'utiliser ce pseudonyme, qui m'avait été donné par quelqu'un ne faisant à ce jour plus partie de ma vie : je me rends compte qu'il ne m'a jamais correspondu. Un peu comme une paire de chaussettes trop serrées. Elles sont là, elles sont plutôt originales, pourquoi ne pas les utiliser ? Même si, au fond, je sais très bien qu'elles sont moches et inconfortables. Elles grattent et empêchent mon sang de circuler comme il se doit.
Résultat ? Je suis à l'étroit. J'ai les pieds qui gonflent, et si mes chevilles prennent le même chemin, ça n'est en rien à cause d'une vanité déplacée. Non. Simplement parce que : je suis à l'étroit.
À l'étroit dans ce pseudonyme adopté pour de mauvaises raisons, sous l'emprise d'une mauvaise personne. Ce pseudonyme qui m'a fait croire, trop longtemps, que j'aimais faire de la BD, et qui m'a collé cette image de "nana qui fait de la BD" sur le front. Image qui me poursuit encore jusqu'à aujourd'hui, et qui me poursuivra encore un moment, j'en suis certaine. J'ai lutté longtemps contre moi-même pour aimer ça. Les plus 'anciens' d'entre vous se souviendront de mes participations à feu 30joursdeBD, qui se terminaient quasiment toujours en bain de sang dans les commentaires. Et devinez qui en ressortait la plus blessée ? Tout juste.
J'ai passé des années à cultiver quelque chose que je n'avais moi-même jamais planté.
Alors, c'est terminé !  Timtimsia représente pour moi un assez mauvais souvenir professionnel (attention, j'ai vécu de très belles choses aussi), et j'ai justement décidé de ne plus vivre dans mes souvenirs.
Alors adieu Timtimsia, tu as fait de ton mieux, je ne te reproche rien, mais tu n'es plus moi.

Laetitia Marcelino.